mardi 25 avril 2017

Le vote républicain - Jamais - L'Arménie - N. Lygeros



lundi 24 avril 2017

Les élections françaises - Si ton symbole - Comme l'eau - N. Lygeros



Les élections françaises

N. Lygeros

Les élections françaises
sont aussi
un devoir de mémoire
et non seulement
un droit
aussi si tu désires
être humain
et libre
il faut te battre
contre 
l’extrémisme
de tout bord
pour conserver
la liberté
comme droit
inaliénable
dans une époque
où tout est
remis en cause
sans protéger
l'essence
de notre nature
à savoir
notre Humanité.

*****
Si ton symbole

N. Lygeros

Traduit de l'Anglais par Vasiliki Tsatsampa

Si ton symbole
est toujours
dans les territoires occupés
continue
ton combat
pour le libérer
comme si c'était
ta propre vie
l'esprit
de ton peuple,
l'idée
de liberté
pour garder
ta dignité
jusqu'à la fin
et même
après
si tu es capable
de survivre
et aider
les tiens
avec
ton œuvre.

*****
Comme l'eau

N. Lygeros

Traduit de l'Anglais par Vasiliki Tsatsampa

Comme l'eau
change
tout le temps
ta forme
mais reste
toujours
toi même
car
tu es
un caméléon
et nous avons besoin
de ta puissance
et de ton cerveau
pour résoudre
la solution
de notre problème
c'est pourquoi
nous attendons
de toi
tout ce qui est
inattendu
pour nos ennemis.

*****


(1) http://dzovinar.blogspot.fr/p/blog-page.html


(3) Autres poèmes : mes choix** 

(4) textes - poèmes (suite)

(5) textes - poèmes (suite)

(6) Nouvelles

24 avril 1915 - Dzovinar

Sevada Grigoryan "Génocide"

24 avril 1915

Père de mon père, je ne sais rien de toi,
ni de ton regard, ni de ton coeur, ni de ta voix ;
 ni pourquoi, ni comment,
Tu es mort là-bas, sur cette terre qui t'a vu naître,
seulement que ce fut une tragédie,
comme pour tous ceux 
dont la place reste vide,
 sans un portrait, sans un objet,
 sans même une ligne écrite ...
Mais je sais pourtant, ayant vu vivre 
et mourir mon père,
que les graines de l'avenir que tu as semées
ont produit des fruits dont tu serais fier.
C'est toujours un peu de toi qui survit
dans le regard, la voix, le coeur de mes enfants.
Et moi, je suis là aujourd'hui
pour te dire avec ce poème
que j'honore ta mémoire
que je te porte en moi
et que je t'aime

Dzovinar


" Mémoire"
feutre - Dzovinar


dimanche 23 avril 2017

L'allié d'une vie - En quelques minutes - Les arméniennes - N. Lygeros



L'allié d'une vie
N. Lygeros

à Ingrid

L'allié d'un vie
après le présent 
d'une rencontre
lis le passé
des origines
pour découvrir
l'avenir
d'une relation 
qui devient
un lien
encore plus fort
lorsqu'elle
transcende
les difficultés
de l'histoire
pour écrire
la mémoire 
du futur
grâce à l'amour
de l'Humanité
qui va
bien au-delà
des sociétés
éphémères.

*****
En quelques minutes

N. Lygeros
Traduit du Grec par Vasiliki Tsatsampa

En quelques minutes
il est capable
non seulement
de donner
de l’espoir
à un peuple
qui souffre
mais
en même temps
des perspectives
pratiques
pour l'avenir
puisque
la stratégie
crée
un chemin
non seulement
pour la sortie
des innocents
mais
et pour l'entrée
des Justes
dans les territoires occupés.

*****

Les arméniennes

N. Lygeros
Traduit du Grec par Vasiliki Tsatsampa

Les arméniennes
étaient avec lui
depuis le début
car elles étaient
la tradition
d’un combat
concernant
le génocide
et ce
n'est pas
seulement
une affaire
d'hommes
ce n'est pas
une guerre
normale
mais
un crime
contre
Humanité,
c'est pour cela
qu'elles sont restées
toutes debout
pour écouter.

*****


(1) http://dzovinar.blogspot.fr/p/blog-page.html


(3) Autres poèmes : mes choix** 

(4) textes - poèmes (suite)

(5) textes - poèmes (suite)

(6) Nouvelles

samedi 22 avril 2017

IMPORTANT DISCOURS DE NIKOS LYGEROS A LYON CE 22 AVRIL 2017

IMPORTANT DISCOURS DE NIKOS LYGEROS A LYON CE 22 AVRIL 2017


Video - N. Lygeros: Meeting pour la Justice et la Paix. Face au consulat de Turquie à Lyon. 22/4/17

mardi 18 avril 2017

L'Acte générateur N. Lygeros

http://lygeros.org/articles.php?n=31886&l=en

L'Acte générateur

N. Lygeros

L'Acte générateur
qui permit en tant que loi
d'en promulguer
d'autres
sans consulter
le Reichtag
a été
un modèle
pour le président
de la Turquie
grâce
à un référendum
de la terreur
capable
de saccager
la constitution
de manière
officielle
sans aucun
obstacle
désormais.

*****


(1) http://dzovinar.blogspot.fr/p/blog-page.html


(3) Autres poèmes : mes choix** 

(4) textes - poèmes (suite)

(5) textes - poèmes (suite)

(6) Nouvelles

Le Roussillon brûlé - Dzovinar




Le Roussillon brûlé

Contraste surprenant 
qu'offre le Roussillon brûlé
lové entre bleu de la mer
 et verdoyantes montagnes. 
Sous le souffle ardent 
d'un soleil estival 
 une foule alanguie ,
tout au long de ses plages
esclaves obéissants et nus,  
 mendiants assoiffés de fraîcheur,  
 la cherchent vainement
 au sein des eaux trop tièdes de la mer. 
Jusqu'au coeur de la nuit 
se prolonge longtemps encore
l'étouffante chaleur
d'un accablant jour d'été.
Sais-tu, amoureux de la mer 
qu'à quelques tours de roues 
seulement, 
ceignant de pittoresques villages,
des sous-bois d'une exquise fraîcheur 
t'attendent au creux des montagnes 
des Pyrénées, 
t'offrant la quiétude d'un soleil assagi, 
où se mouvoir n'est plus une épreuve 
au contraire ! 
Voilà le séjour où parfois 
la brume matinale s'affiche 
en vaporeux lambeaux , 
 et dépose une fine rosée 
sur l'herbe des chemins ; 
puis quand midi s'annonce, 
un soleil plus vif réveille le paysage ; 
se perdre dans les sous-bois, 
rejoindre la rive d'un lac, 
deviennent d'efficaces parades 
pour fuir trop de chaleur ; 
et dès quatre heures, 
quand l'astre du jour disparaît 
derrière les sommets dentelés, 
les promeneurs, surgis de nulle part, 
flânent au long des rues du village, 
heureux de vivre 
dans un lieu si paisible, 
dont la beauté enchante le regard 
 et l'esprit !

Dzovinar


Pastel - Dzovinar

lundi 17 avril 2017

L'arbre de Judée - Les pétales du ciel - Toute la puissance - N. Lygeros

L'arbre de Judée

N. Lygeros

L'arbre de Judée
nous rappelait
avec la délicatesse
de ses fleurs
que la Terre Sainte
était toujours
dans notre esprit
car elle appartenait
à l'Humanité
depuis le début
aussi il était
de notre devoir
de ne pas oublier
ses pétales roses
chaque fois
qu'ils apparaissaient
pour être proches
du sacrifice.




Les pétales du ciel

N. Lygeros

Les pétales du ciel
avaient la couleur
de l'arbre de Judée
et ils montraient
la voie de la lumière
à qui savait
regarder la profondeur
des sommets
car ils accrochaient
les nuages blancs
pour montrer le bleu
qui représentait
depuis le début
le symbole
de la résurrection
à travers
le retour nécessaire
pour l'Humanité.


Toute la puissance

N. Lygeros

Toute la puissance
des six hommes
était consacrée
à la levée du corps
qui représentait
l'ensemble des victimes
de la Grande Guerre
à qui la ville de Lyon
rendait hommage
à travers l'oeuvre
de l'architecte Garnier
et des sculpteurs
Grange et Bertola
pour les bas-reliefs
ainsi que Larrivé
pour le cénotaphe
aussi le dépôt
d'une mémoire
est nécessaire.




https://www.youtube.com/watch?v=Cq_6yOBs9oY
N. Lygeros: Monument aux morts de l'île du Souvenir, Parc de la Tête d'Or. Lyon, 16/4/2017


(1) http://dzovinar.blogspot.fr/p/blog-page.html


(3) Autres poèmes : mes choix** 

(4) textes - poèmes (suite)

(5) textes - poèmes (suite)

(6) Nouvelles

dimanche 16 avril 2017

La légende du rouge-gorge - Si tu avais conscience - Les sacrifiés - Si les hommes N. Lygeros



La légende du rouge-gorge

N. Lygeros

En voyant
Jésus-Christ
sur la Croix
un oiseau s’est posé
sur lui 
et pour le soulager
il a bu
une goutte
de son sang
depuis 
pour ne pas oublier
cet acte
il porte
sur lui
la trace
sacrée
du divin
qui s’est posé
à son tour
sur lui
pour le protéger
de l’oubli.

*****
Si tu avais conscience

N. Lygeros

Si tu avais conscience
de la gravité de tes actes
tu ne perdrais pas
à ce point
ton temps
pour mourir
dans l’oubli
uniquement
parce que
jamais 
tu n’as pensé
que ton rôle
n’était pas
seulement
d’exister
mais de vivre
au sein de l’Humanité
pour quelle vive
à son tour
de ta création
temporelle.

*****
Les sacrifiés

N. Lygeros

Les sacrifiés
du Chemin
des Dames
resteront
dans nos mémoires
car ils ont été
victimes
d'un système
inconscient
de ses erreurs
et d'une barbarie
prête à tout
pour garder
ses positions,
sans oublier
les mutins 
qui tentèrent
de donner
en vain
un sens
à une vie
plus absurde
que la mort.

*****
Si les hommes

N. Lygeros

Si les hommes
avaient compris
le rôle de Pétain
à la Grande Guerre
et son acharnement
sur les désespérés, 
ils n'auraient pas
été surpris
par ses actes
au cours
de la Seconde Guerre
et auraient même prévu
son comportement
face au régime nazi
ainsi ils auraient sauvé
des milliers de victimes
du gouvernement
de Vichy.
Seulement qui étudie,
de manière intelligente,
l'histoire
des Nations 
pour comprendre
le futur ?

*****


(1) http://dzovinar.blogspot.fr/p/blog-page.html


(3) Autres poèmes : mes choix** 

(4) textes - poèmes (suite)

(5) textes - poèmes (suite)

(6) Nouvelles

samedi 15 avril 2017

L’attaque de Trump en Syrie : une erreur pour de nombreuses raisons - Harut Sassounian


L’attaque de Trump en Syrie : 
une erreur pour de nombreuses raisons 

De Harut Sassounian 
The California Courier 
www.TheCaliforniaCourier.com
Éditorial du 13 avril 2017 

De nombreux Américains et des gens du monde entier ont écouté avec une grande inquiétude les idées improvisées et folles lancées par Donald Trump pendant la campagne présidentielle et de façon encore plus inquiétante une fois devenu président. 

C’est une chose de ne pas être d’accord avec lui sur un sujet de politique intérieure, par exemple, interdire à des touristes musulmans d’entrer aux États-Unis ou la réforme de la couverture médicale ou la construction d’un mur, mais c’en est une autre lorsqu’il menace des pays étrangers tels que l’Iran ou la Corée du Nord, et c’est encore pire lorsqu’il ordonne une attaque par missiles en Syrie ! 

En quoi cette décision désastreuse est-elle une erreur ? Le président Trump n’a pas les connaissances de base sur le conflit syrien, excepté ce qu’il lit dans des publications marginales et ce qu’il voit sur sa chaîne préférée, FOX News. 

Le président Trump a déclaré qu’il avait très touché par les images de bébés blessés par l’attaque chimique, qu’il avait vues à la télé. Qui ne le serait pas ? Il a certainement eu une réaction émotionnelle et impulsive en voyant ces images bouleversantes, mais ce ne peut pas être un substitut à une politique étrangère bien réfléchie accompagnée d’un examen minutieux des faits de cet incident tragique et d’une considération attentive des conséquences d’une action aussi extrême que de lancer 59 missiles tomahawk sur une base aérienne syrienne. 

Heureusement, les conseillers du président Trump ont averti la Russie peu avant l’attaque, afin d’éviter des victimes russes, ce qui aurait eu des conséquences catastrophiques pour le monde entier ! 

De plus, les actions du président Trump violent la Constitution américaine, car il n’a ni demandé ni reçu l’autorisation légale du Congrès pour aller attaquer un autre État souverain. 

Le président Trump n’a eu ni la sagesse ni la patience d’attendre les résultats d’une enquête sur les circonstances de l’attaque chimique – pour vérifier qui est réellement responsable de cette terrible attaque. 

L’Administration Trump a accusé la force aérienne syrienne d’avoir mené l’attaque au gaz à Idlib. Les gouvernements russe et syrien ont deux versions différentes de ces événements. Ils affirment que la Syrie ne possède pas d’armes chimiques depuis l’accord de 2003 visant à éliminer les matières dangereuses. De plus, la Syrie affirme que l’explosion chimique a été causée par sa force aérienne qui a bombardé un entrepôt appartenant à des terroristes syriens qui y avaient entreposé des matières dangereuses. Cela n’a pas de sens que le président Assad utilise des armes chimiques alors qu’il est en train de gagner, risquant ainsi de contrarier l’Occident et de précipiter une réaction militaire. 

Rappelons-nous qu’en 2013, il y avait eu une autre attaque chimique sur une banlieue de Damas, qui avait fait bien plus de morts que celle d’Idlib. À l’époque, le président Obama était sur le point de faire la guerre à la Syrie, croyant à tort que le gouvernement syrien avait franchi la « ligne rouge ». Cependant, lorsqu’il a appris que l’attaque chimique près de Damas était un « faux signal », c’est-à-dire qu’elle avait été orchestrée par la Turquie et ses alliés terroristes pour obliger les États-Unis à intervenir militairement en Syrie, le président Obama n’a pas mis son plan de lancement de missiles en Syrie à exécution. Personne ne devrait oublier qu’en 2003, les officiels américains ont présenté de fausses preuves de « renseignement » au monde entier, affirmant que le président Saddam Hussein possédait des armes de destruction massives, pour justifier l’invasion de l’Irak. 

Ironiquement, de nombreux membres républicains du Congrès qui applaudissent aujourd’hui la décision du président Trump d’attaquer la Syrie, étaient alors les critiques les plus virulents du président Obama qui avait prévu une attaque similaire. De plus, bien que l’attaque chimique de 2013 ait fait un plus grand nombre de victimes, Donal Trump avait écrit 40 tweets exhortant le président Obama à ne pas attaquer la Syrie. Trump semblait bien peu se soucier des « ravissants bébés syriens » à l’époque, comme il le fait maintenant ! 

Tant la Maison Blanche que de nombreux experts auto-déclarés dans les médias américains, qui ont proféré les mensonges les plus scandaleux sur la Syrie ces six dernières années, affirment désormais que l’élimination de l’utilisation des armes chimiques en Syrie relève de l’intérêt national américain. Ils affirment également que les armes chimiques sont interdites par un traité international et que leur utilisation est une violation du droit international. 

Tout en reconnaissant la véracité de ces déclarations, on peut se demander : 

1) Pourquoi aucune investigation n’a été menée sur l’attaque chimique, avant que les USA lancent les missiles ? 

2) En vertu de quel droit le président Trump s’est nommé lui-même arbitre du droit international et policier du monde ? Le droit international, par définition, est un sujet qui concerne tous les pays et pas uniquement les États-Unis. L’organe approprié pour enquêter, condamner et sanctionner les violations du droit international est le Conseil de sécurité des Nations Unies et non la Maison Blanche. Par ailleurs, attaquer un État souverain est une violation du droit international ! 

3) En attaquant la Syrie et en détruisant ses avions militaires, le président Trump a en fait encouragé et renforcé les terroristes de Daech à poursuivre et à étendre leurs actes criminels en Syrie et dans le monde, surtout lorsqu’ils voient qu’à chaque fois qu’ils utilisent des armes chimiques, l’Occident accuse le président Assad et attaque la Syrie. D’autre part, en affaiblissant et en poussant le président Assad à partir, le président Trump risque de générer le même chaos et terrorisme qu’en Irak et en Lybie, ce qui aboutira à davantage de morts. Qui remplacera le président Assad et existe-t-il des garanties que celui qui lui succédera ne sera pas Daech, avec comme résultat non pas 80 victimes comme dans l’attaque chimique récente, mais des millions supplémentaires en plus du demi-million de morts déjà survenus dans le conflit syrien ces dernières années ? La dernière chose dont le peuple syrien a besoin ce sont plus d’attaques et de bains de sang. Il a besoin d’initiatives diplomatiques rigoureuses pour trouver une solution pacifique au conflit. 

Tous ceux qui aux États-Unis et dans le monde s’inquiétaient de la possibilité que le président Trump prenne des décisions irresponsables et mette en danger la paix internationale, viennent malheureusement d’assister au premier incident de ce genre dans les 100 premiers jours de son mandat. Chacun craint désormais que d’autres attaques injustifiées et intimidantes et déstabilisantes surviendront dans les semaines et les mois à venir dans d’autres régions du monde. On espère que le président Trump n’a pas lancé cette attaque en Syrie pour détourner l’attention de ses nombreux problèmes nationaux, comme il l’a fait à plusieurs reprises pour d’autres sujets ces dernières semaines !

Pour finir, qu’est-il advenu des déclarations impétueuses et répétées du président Trump sur « l’Amérique d’abord » et « Je suis le président des États-Unis et non le président du monde » ? 

©Traduction de l’anglais C.Gardon pour le Collectif VAN – 13 avril 2017 – www.collectifvan.org