dimanche 7 août 2011

EREVAN, ses lieux de culte, de mémoire, de vie ....


La Cathédrale Etchmiadzin (301-303)  - "Descente du Fils unique"
(carte postale)

Située au coeur de la cité, l'enceinte du monastère renferme la Cathédrale et les deux palais du catholicossat, ainsi que plusieurs bâtiments conventuels et des jardins entourant un bassin. La  cathédrale elle-même est le plus ancien édifice chrétien d'Arménie, résultant d'une vision de St Grégoire l'Illuminateur et qui amena de Roi Drtat III à se convertir au christianisme instaurant ainsi cette nouvelle croyance comme religion d'état, en l'an 301.


C'est aussi un des rares édifices aussi richement décorés (au XVIIe s.)
Les cérémonies religieuses se déroulent sous le scintillement des lustres ;
les femmes se couvrent la tête, par respect, car ce n'est pas une obligation.
L'assistance est debout - il n'y a pas de sièges -
La messe est très longue - deux heures souvent - aussi, nul n'est
tenu d'y assister dans sa totalité ; d'où un étonnant ballet d'ouailles qui entrent et
 qui sortent tout au long de l'office, sans que cela n'étonne quiconque ...
  

Un choeur de femmes interprètent des chants sacrés
 dont la beauté étreint le coeur d'une irrépressible émotion


à gauche : détail de la voûte - 
à droite : le sonneur de cloches à l'entrée de la cathédrale.


L'Arménie étant un pays où les églises et les monastères occupent une partie non négligeable de son territoire (Ani n'était-elle pas la ville aux mille églises), on ne s'étonnera  donc guère de l'édification d'une nouvelle venue en 2001 :  La Cathédrale de St Grégoire l'Illuminateur, évènement suscité par le 1700e anniversaire de l'adoption du christianisme, et poussant à son extrême le symbole, il fut décidé, lors de sa conception, qu'elle pourrait accueillir 1700 fidèles !

Consacrée par le catholicos Karekine II en présence du Pape Jean Paul II
en septembre 2001, elle renferme les précieuses reliques de St Grégoire l'Illuminateur, conservées pendant des siècles dans une église de Naples et remises par le Pape en novembre 2000.

Haute de 54 mètres, elle s'étend sur 3800 m. Les matériaux utilisés sont,
 pour l'extérieur, du "Tuf" rosé,  pierre du pays,  et marbre blanc pour l'intérieur.




La mauvaise qualité des illustrations est due au fait que ce sont
des photos numériques de photos papier ...
(à l'époque, je n'étais guère équipée !)

Continuons donc avec les églises : 

Une très belle légende (histoire ?) est à l'origine de ces deux églises :
celle de la vierge Hripsimée et de l'abbesse Gayanée 
que je vous conterai un jour si vous êtes sages !

 (1)
(2)
Sainte Gayané (VIIe s.)


Ste Hripsimée (618)


un souvenir sans prix

Au cours d'une visite dans une église, un enfant d'une douzaine d'années, m'a tendu deux petites fleurs - les enfants et les vieilles personnes ne mendient pas ; il y a toujours un échange, une contre-partie, aussi minimes soient-ils - en remerciement, je lui remis un petit billet.
Puis nous terminâmes la visite de l'église. A la sortie, le même enfant m'attendait : il venait de composer un bouquet de petites fleurs sauvages qui poussaient ça et là et qu'il avait cueillies à mon intention "mais je n'ai plus d'argent!" lui ai-je dit ; avec un très gentil, très doux sourire, il m'a répondu "mais ça n'a pas d'importance !". L'émotion m'a serrée la gorge. Et j'ai conservé ce petit bouquet.



Erevan s'enrichit d'immeubles modernes ...


 Les enfants malicieux escaladent sans vergogne Arno Babadjanian ...


...dans les jardins près de l'Opéra où tout est prévu pour des moments
de loisir et de détente

Tout semble aller pour le mieux dans le meilleur des mondes ...


Mais on croise des femmes, jardinières des espaces publics, qui les entretiennent ;
 oui, des femmes aussi, qui ne sont plus dans la fleur de l'âge ... car il faut bien vivre.

Quand on se promène à Erevan, il ne faut pas manquer de se rendre
"au vernissage" sorte de "marché aux puces" à l'arménienne - si vous
désirez dépenser vos espèces, vous serez à votre affaire !


 moi j'ai craqué pour un duduk que ce charmant homme m'a vendu
et qui, en remerciement, m'a offert la sérénade ! En le voyant jouer
j'ai pensé que c'était très facile : mais, avez-vous essayé ?


Au panthéon des gloires nationales - tombe de Aram Khatchaturian (1903-1978)


et tombe du Révérend père Komitas (1869-1935)
considéré comme un des plus grands maîtres de la musique arménienne
 et le fondateur de l'école arménienne de composition et de musique polyphonique.
En recueillant toutes les mélodies de tradition orale, dans toutes
les provinces de l'Arménie,  il a su les préserver et les transmettre en leur offrant
la postérité des transcriptions musicales ...


 Au conservatoire de musique de Erevan

Je voulais absolument y pénétrer ; voir les lieux de travail où les nombreux talents arméniens sont passés ; il était plus de neuf heures du soir ; devant la porte, deux hommes en discussion ; une amie arménienne de Erevan qui faisait office de guide leur a expliqué que je venais de loin pour connaître le conservatoire ...
Alors, l'un d'eux a allumé l'entrée en disant qu'il n'y avait sans doute plus personne ... J'ai escaladé les marches de bois, enfilé un couloir et ...entendu, tout émue, le son  d'un violon ...


Sortie des Artistes de l'Opéra de Erevan
très fréquenté ; les arméniens se rendent facilement au théâtre - pour écouter les comédiens déclamer des poèmes - ou à l'opéra pour assister aux représentations d'oeuvres classiques
telles que :

(1)

(2)
(3)
(4)
1-2-3-4
Le ballet "Gayanée" d'Aram Khatchatourian

(1)
(2)
 ou encore l'opéra "Anouch" composé par Armen Dikranian (1879-1950) inspiré
d'un poème de Hovhannés Toumanian (1869-1923)


oeuvre de Botero

 l'art est partout, dans les rues, les jardins, et même les restaurants

(1)
(2)
Vitraux dans un bar-restaurant


 Statue dans un restaurant

8 commentaires:

  1. Merci Andressa ; certaines ne sont pas très bonnes, mais c'est provisoire ; quand je retournerai en Arménie,j'espère, j'en ferai de meilleures pour les remplacer.

    RépondreSupprimer
  2. Promis Dzovinar , tu me raconteras encore
    une belle histoire !
    Quelle église impressionnante la Cathédrale de St Grégoire l' illuminateur !

    Elena Romana

    RépondreSupprimer
  3. Pour se souvenir ,

    " l' art est partout , dans les rues ,

    les jardins et même les restaurants "

    Elena Romana

    RépondreSupprimer
  4. Bonjour,
    j'ai trouvé votre blog par hasard...Mais on dit qu'il n'y a pas de hasard...
    Je prépare un voyage en Arménie pour juin prochain.
    J'aime les voyages pour la découverte de nouvelles contrées,mais surtout la rencontre des cultures et des gens du pays.
    Plus je lis sur l'Arménie plus j'ai hâte de la visiter.
    Marc Hawey
    Ville de Québec
    mhawey@yahoo.ca

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de votre intérêt et je suis vraiment très heureuse de penser que, peut-être, j'ai contribué à vous donner le désir d'aller voir les choses de près.
      L'Arménie est un pays qui ne vous laissera pas indifférent, qui vous touchera sans doute plus que vous ne pouvez l'imaginer.

      Très cordialement,

      Dzovinar

      Supprimer
  5. Bonjour,
    c'est Marc après tout près de 6 mois...Le voyage en Arménie fait déjà partie du passé...J'y étais du 4 au 25 juin.
    Votre dernier paragraphe est tellement vrai.Je suis encore habité par les gens,les paysages rencontrés.Je vis quasiment une période de
    deuil....J'ai visité le pays du nord au sud avec l'agence Hyurservice de Yerevan.J'ai aussi visité de façon autonome la région de Yheghegnadzor et de Goris.
    J'ai aussi eu la chance de rencontrer un monsieur Arménien qui enseigne à l'université Laval à Québec,ainsi que son épouse.Ils m'ont
    un peu aidé dans la préparation de mon voyage.Ils sont mes amis.
    L'an prochain j'aimerais y retourner et visiter le Karabagh...
    Dieu bénisse l'arménie
    Marc Hawey
    Ville de Québec,Canada
    mhawey@yahoo.ca

    RépondreSupprimer
  6. L'attachement que vous éprouvez pour mon pays ainsi que l'émotion qui transparaît dans votre commentaire me donnent beaucoup de bonheur. L'Artsakh (Karabagh)vous marquera de la même façon - peut-être bien plus encore ! L'Arménie a gagné en vous un ami sincère de plus et je vous remercie de m'avoir fait part de votre émotion. A bientôt mon cher Marc ; je vous lirai toujours avec beaucoup de plaisir. Amicalement, Dzovinar.

    RépondreSupprimer

Quelques lignes signalant votre passage me feront toujours plaisirs. Si vous n'avez pas de blog, vous pouvez néanmoins poster un commentaire en cliquant sur "Anonyme" et signer de votre nom ou d'un avatar. Amicalement,
Dzovinar