lundi 1 août 2011

Promenade à Erevan (Arménie)

Erevan, d'année en année, change de visage.
Lors d'un voyage en Mai 2010, j'ai pu m'en rendre compte avec beaucoup de joie
- même si ces avancées ne résolvent pas les vraies difficultés du peuple arménien -
car l'art est largement mis à l'honneur dans des espaces destinés aux promeneurs.


 "la cascade"  un lieu  totalement réaménagé devenu un de ces espaces où il fait bon flâner.
Au premier plan,  la statue d'Alexandre Tamanian le créateur de la cascade (mais non l'architecte).

Le jardin public recèle d'étonnantes et très originales sculptures contemporaines
 d'artistes de diverses nationalités (anglaise, italienne ...)



Lièvre de Barry Flanagan




Le matou repu de Botero

J'ai coupé les oreilles de l'animal, mais vous n'aurez pas tout perdu :
 en haut, à gauche, la maison de notre Charles Aznavour national (et international !)

La Cascade abrite entre autre un Centre d'Art contemporain "Le Cafesjian Center of Arts"
 du nom de son donateur.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Cascade_(monument)

Erevan fourmille, au détour de ses rue, de ses jardins, de statues

  Près du conservatoire de musique,
 Sayat Nova un des plus grands poètes arméniens :

Sayat-Nova naquit le (14 juin 1712 à Tiflis, aujourd'hui en Géorgie. Il fut  un troubadour célébré autant que honni à la cour d'Irakli II (ou Héraclius II de Géorgie). Irakli II aurait aidé à créer une alliance entre la Géorgie, l'Arménie et le Shirvan contre l'Empire perse.
Banni de la cour par le roi en 1759, Sayat-Nova devint par sentence royale moine au monastère de Haghpat, parce qu'il serait, semble-t-il, tombé amoureux de sa sœur, la princesse Anna Batonachvili. Il est assassiné par l'armée d'Agha Mohammed Khan qui dévasta la ville de Tiflis et ses alentours, en 1795.
Chanteur et maître du kamânche, Sayat-Nova joue, compose avec son instrument préféré, il écrit de la poésie, soit 68 odes en arménien, 65 odes en géorgien et 128 odes en dialecte turc de la Transcaucasie. Ce qui le caractérise, c'est sa « singularité universelle ». Selon Élisabeth Mouradian et Serge Venturini, traducteurs du poète en France, « trois siècles après son œuvre, celui qui écrivit en plusieurs langues demeure toujours un pont entre les peuples du Caucase, où il est toujours chanté et aimé de tous. »


Le compositeur Aram Katchaturian (1903-1978), ...
...devant l'Opéra

Arno Babadjanian (1921-1983), talentueux compositeur et concertiste
dans les jardins près de l'Opéra où partout l'on découvre
l'expression de l'art arménien ...


Dans ces jardins, des cafés pleins de charme pour le repos


ou le jeux


Et puis, au hasard des rues ...

... vestiges d'un art de vivre d'antan, ces petites fontaines
où l'on peut étancher sa soif.

Avant de nous quitter, je vous invite au petit resto arménien "im kures" (mon village),
 aux murs décorés d'instruments traditionnels.

 -En haut, à gauche, le "duduk" instrument arménien par excellence
 (dont le son étreint le coeur) taillé dans du bois d'abricotier
-en haut, à droite, près de la photographie, un "oût"
-en bas, à gauche, la "Kamantcha"
-en bas à droite un "kanon"
Ou, selon votre choix, dans un de ces lieux où l'on peut écouter des musiciens pure souche,
 chanter des mélodies folkloriques ... pure tradition.




4 commentaires:

  1. Merci pour cette belle balade au milieu de toutes ces statues. Celle que je préfère est sans conteste le couple assis.

    RépondreSupprimer
  2. Oui, j'ai cherché le meilleur angle pour la photographier, mais compte tenu de sa conception, d'où que l'on ait pu se placer, il y avait toujours des éléments en transparence qui gênaient une bonne vision de l'oeuvre ... mais on en a tout de même un bon aperçu ! Merci Amartia de ton intérêt.

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour Dzovinar
    Cette promenade dans Erevan m'a ramené trois ans en arrière, lors de ma découverte de l'Arménie.
    Moi aussi, j'ai aimé flâner dans les jardins, les rues animées et fait de nombreuses photos pour les mettre sur mon site.
    L'art est présent à tous les coins de rue, tout comme les fontaines, où boire l'eau fraîche est un souvenir marquant.
    Puisse ce pays grandir et faire partie des nations appréciées de tous.

    RépondreSupprimer
  4. L'Arménie a beaucoup d'atouts pour devenir un pays qui compte par sa culture et son savoir-faire pour peu qu'elle soit aidée. Mais ... il y a les hommes ...Beaucoup de chemin reste à parcourir, mais il faut y croire ! Merci de votre visite cher Albert Antranik.

    RépondreSupprimer

Quelques lignes signalant votre passage me feront toujours plaisirs. Si vous n'avez pas de blog, vous pouvez néanmoins poster un commentaire en cliquant sur "Anonyme" et signer de votre nom ou d'un avatar. Amicalement,
Dzovinar