vendredi 9 décembre 2016

Nouvelles (suite)-L'ascension de l'esprit - Le code photonique - N. Lygeros




N. Lygeros
Traduit du Grec par A.-M. Bras

Avec le carnet et les livres, il avait créé une interconnexion ou plutôt une connexion profonde. Et quand quelqu'un la parcourait, il la recherchait et ressentait l’ascension de l’esprit. Car celle-ci montait au bleu du ciel mental. Il alluma la lumière. Il faisait nuit maintenant dans la bibliothèque. Ensuite, il plaça seulement les deux livres à leur place. Même si cela semblait incroyable, le manuscrit était prêt. Et la dactylographie prendrait le relais. Il envoya les pages numérisées pour faire vivre le texte d’abord digitalement. C’était un processus mental de réparation contre la barbarie de l'oubli. Il reçut les premiers messages de réception. Le commencement de la multiplication fut activé. Le carnet se transformait lentement en une source de lumière pour vivre en réseau profond. De là, le prendraient d’autres personnes qui aimaient l'Humanité et aidaient à son évolution.

*****
Le code photonique
N. Lygeros
Traduit du Grec par A.-M. Bras

Le code photonique était monstrueux, mais fonctionnait comme une source ouverte, en d’autres mots il suivait la forme mentale de la structure ouverte, simplement il exploitait sur les hyperstructures du Temps. Le voyage immobile avait commencé à partir de la bibliothèque et allait toucher d'autres bibliothèques à travers le réseau profond pour que les connaissances soient robustes afin de traverser les époques indépendamment des barrières sociales, puisque leur but était destiné uniquement à l'Humanité. Ainsi, dans la nuit de l'oubli, les étoiles de la mémoire brillaient. De cette manière, l'Humanité pensait de façon holistique. Le réseau neuronal mettait en valeur le Temps et codait la perfection parce qu'il savait qu’elle ne constituait pas la fin, mais l'intermédiaire nécessaire à la continuité de l'évolution. Il se réjouit de cette pensée et admira les étoiles qui montraient la profondeur du ciel loin au-dessus du bleu.

*****



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Quelques lignes signalant votre passage me feront toujours plaisirs. Si vous n'avez pas de blog, vous pouvez néanmoins poster un commentaire en cliquant sur "Anonyme" et signer de votre nom ou d'un avatar. Amicalement,
Dzovinar