jeudi 9 mars 2017

FEMMES DE MON PAYS - Jackie Dervichian


Jackie Dervichian

FEMMES DE MON PAYS

Une même souffrance gerce vos lèvres,
et vos yeux sont sertis par un unique orfèvre.
Vous, qui rassurez la montagne, qui faites croire à l'homme qu'il est homme, à la cendre qu'elle est fertile, au paysage qu'il est immuable.
Je suis comme vous. Longtemps, je dressais ces gestes obliques. Des arbres. Des paroles. Je croyais qu’ils pouvaient attendre au bord du hasard. 
Au bord de la lueur. Et avec les voyelles, je pourchassais une enfance fugitive .Non, ce n’est pas un paysage qui s’effondre. Printemps à la lisière du texte.
Le moment n’était pas de nuit lorsque je me suis questionnée au sujet de mon nom et de sa signification, j’accueillais le bleu du matin dans la fenêtre, je façonnais le mot et l’expression et la lettre, j’ai aussi beaucoup trébuché parce qu’au plus profond j’ai beaucoup tenté, et la tentative au sommet de l’accomplissement, puis c’est aussi comme si je n’avais rien écrit, moi l’abondante et la rayonnante de lettres et de mots, c’est comme si parce que je n’ai rien fait encore, comment ce mot qui me revient tout comme s’il n’avait jamais été.
Je suis comme vous. Je viens du sable étendu. Je viens du texte qui précède la mémoire. Vanité alors est toute écriture.
Je suis comme vous. Je cherche un amour .Cet amour d’ailleurs n’est pas de mon époque. De plus je sais que je suis naïve, je crée un texte vide,qu’après moi les lecteurs emplissent de mille personnages.
Je suis comme vous. 
Et je vous salue, vous qui êtes la dure transparence des mondes qui se cognent. 
Il y a sur votre ombre des chemins de quiétude.
Vous avez mélangé les odeurs pour en faire un parfum.
Vous avez volé des étoiles pour éclairer des vies.
Vous avez effacé les brouillons pour tout recommencer.
Vous avez masqué des chagrins pour ne pas chagriner.
Vous avez renoncé à vous pour rester avec les autres.
En un mot, les hommes, se mêlant à nos existences, croiront peut-être relever la femme ; mais, c'est elle, en vérité, qui les aura rehaussés de toute la grandeur de ses sentiments et de ses aspirations, de ses actes, et de ses résolutions. 
Les mots en savent sur elle davantage qu'elle-même.
Finalement, “Là où les femmes sont respectées et respectables, là résident les dieux de notre bien-être". [...] proverbe sanskrit
Soyez toujours Femme & soyez fières de l’être… Vous êtes le premier Poème.

Jackie Dervichian


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Quelques lignes signalant votre passage me feront toujours plaisirs. Si vous n'avez pas de blog, vous pouvez néanmoins poster un commentaire en cliquant sur "Anonyme" et signer de votre nom ou d'un avatar. Amicalement,
Dzovinar