mercredi 8 juin 2016

Première pêche de l'année


A Perpignan
la matinée ensoleillée
annonce une chaude journée.
Aussi,
sans perdre un instant,
alors que huit heures
à peine
sonnent au petit réveil
du salon
me voici dehors ...
Sous le ciel d'un bleu intense
tout devient beau
les arbres, les maisons, les rues
et tout s'apaise
dans mon coeur tumultueux ;
comment oublier
les heures sombres
qui aujourd'hui encore
dans l'actualité  du monde,
se rappellent à nous
peuple de l'Artsakh, de l'Arménie...

La boulangerie, dont les effluves
m'attirent comme une mouche
vers un pot de miel,
a garni ses présentoirs de
ces pains artisanaux
 aux figues ou aux raisins
qui font mes délices
lors des petits-déjeuners
matinaux ...

Le marché s'est installé, sur les trottoirs
je vais, à l'affût de fruits
qui pourraient me tenter ...
Elle s'active, la petite maraîchère perpignanaise
 et offre dans l'écrin de plateaux entassés
 les pêches empourprées de son verger ...
Je n'y résiste pas car aussitôt a surgi dans ma mémoire
 cette route d'Artsakh qui longe les vergers de pêchers
 où j'avais chapardé
 (à l'instigation de Krikor, mon chauffeur) 
ces pêches à la chair succulente,
à nulle autre pareille,
et que, pour me donner bonne conscience,
j'avais fini par acheter au jeune garçon solitaire
en faction, plus loin, sur la route ...

Elle était d'un joli rouge velouté,
pleine de promesse
cette première pêche de l'année...
Et si elle avait l'apparence
 des beaux fruits d'Arménie
las, elle n'en avait pas le goût ...

Dzovinar

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Quelques lignes signalant votre passage me feront toujours plaisirs. Si vous n'avez pas de blog, vous pouvez néanmoins poster un commentaire en cliquant sur "Anonyme" et signer de votre nom ou d'un avatar. Amicalement,
Dzovinar