mercredi 2 mars 2016

Sans savoir - La petite fille - Parmi les croix - Ils sont morts - Ici - Victor et Hélène Basch - N. Lygeros

Sans savoir

N. Lygeros


Sans savoir
tu ne peux saisir
l’essence
d’une existence
vouée uniquement 
aux autres
sans aucun
compromis
puisque la société
ne peut la toucher
car elle appartient
exclusivement
à l’Humanité 
depuis la naissance
d’une idée
si révolutionnaire
qu’aucun des pharisiens
ne pouvait supporter
car elle remettait
en cause le dogme
parce que celui-ci
n’avait pas prévu
la force de l’amour
pour embrasser
les hommes.

*****
La petite fille

N. Lygeros


La petite fille
ne connaissait
que le soleil
car le poète 
ne lui avait pas
parlé de la pluie
aussi quand le ciel
commença 
à pleurer
elle fut surprise
car elle se demanda
qui pouvait souffrir
de la sorte
puis l’orage
éclaircit ses idées
car la lumière 
était à nouveau
avec elle
encore plus puissante
et elle ne put
retenir son souffle
devant le changement
du firmament
tant la beauté
l'avait touchée.

*****

Parmi les croix

N. Lygeros


Parmi les croix
dans la Nécropole
de la Doua
nous avons trouvé
des soldats
des deux guerres
morts pour la France
contre la barbarie
toujours là
pour nous rappeler
que le courage
avait été nécessaire
pour mourir
dans la fleur de l’âge
parfois si loin
de sa patrie
comme ces Belges,
ces Italiens
ces Polonais
ces Juifs
ces Anglais
et Néo-Zélandais 
juste pour sauver
la dignité humaine 





*****
Ils sont morts

N. Lygeros


Ils sont morts
pour que meure
la guerre
et que vive
la France
car malgré
les condamnations
et les exécutions
de la gestapo
le maquis
n’a pas lâché
et a continué
de résister
face à la barbarie
aussi ces victimes
garde-les
dans ta mémoire
comme des justes
qui ont donné
l’exemple
à tout un peuple 
alors qu’ils n'étaient
qu’une poignée
au départ.



Ici

N. Lygeros


Ici
est la tombe
de qui
n’en a pas
car le devoir
de la mémoire
concerne
aussi
les soldats
inconnus
qui se sont
sacrifiés
pour nous
sans attendre
rien de nous
même 
après le mort
aussi
cette stèle
rappelle 
à tous
notre reconnaissance
aux combattants
de la liberté. 


Victor et Hélène Basch

N. Lygeros


Victor et Hélène Basch
toujours unis
même après le mort
ont leurs tombes
côte à côte
dans la Nécropole 
de la Doua
car la philosophie
les droits de l’homme
ont vaincu
les assassinats
de la barbarie
de la milice
car personne
n’oublie
les victimes
de la haine
raciale
prônée par le nazisme
en raison
de la dignité
humaine.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Quelques lignes signalant votre passage me feront toujours plaisirs. Si vous n'avez pas de blog, vous pouvez néanmoins poster un commentaire en cliquant sur "Anonyme" et signer de votre nom ou d'un avatar. Amicalement,
Dzovinar